几内亚的中国水利人

发布时间:2017-07-28

第一次听到水利人这个名词,是在大学的新生入学典礼上,学院院长说:“从此以后,你们就是一个水利人了。”那时候这个词对我来说,只是一个词。大三的时候,学校的百年校庆,许许多多的老前辈回到了学校,在和他们的言语交谈之间,我恍惚之间意识到了作为一个水利人,身上似乎背负着很重的担子。

大学毕业,我进入到中国水利电力对外公司,来到了几内亚苏阿皮蒂水利枢纽项目,开始从事水电事业,成为了一名真正的水利人;在工地见识到了更多水利行业的先驱前辈,对于身上的水利人这个标签,有了一个更深层次的认识。

苏阿皮蒂水利枢纽工程是中国水利电力对外公司继凯乐塔水利枢纽工程后在几内亚承建的第二个大型水利工程,而这两个电站相距只有6km。我来到这里,慢慢的融入这里的工作、生活环境,也在日常的闲谈中凝听曾经的凯乐塔故事,那些关于建设凯乐塔的前辈们的故事,中国水利人的海外故事。

凯乐塔水利枢纽项目是几内亚已建最大的水电工程,装机占几内亚总装机(包括火电)的一半以上,是几内亚国家的支柱电厂。凯乐塔建成后,为几内亚带来了光明和现代化的希望,是西非电力开发的典范工程,为西非其他国家发展自己的电力提供了很好的范例。

2012年作为凯乐塔水电站的开工之年,是项目最艰难的一段时期。凯乐塔水电站离几内亚首都科纳克里130多公里,附近却没有大城镇,没有市场,没法现场采购蔬菜。为保证项目部人员吃到新鲜的蔬菜,项目几乎每天都安排汽车满载生活物资从首都一路颠簸来到工地,那会儿从凯乐塔到首都其中有70公里的道路是土路,从首都到现场,得花上5个多小时,送菜的汽车一路颠簸送下来,再加上高温的天气,菜送到工地时早已不成样子,在凯乐塔实施期间吃上一口新鲜的豆腐都是奢侈的。

2014年,几内亚大范围爆发埃博拉疫情,中国水利电力对外公司几内亚地区有800多中方员工和2200多当地雇员,项目周边省份陆续有感染病例出现,员工的紧张和恐慌情绪也在蔓延。此时,项目领导张如军总立即召集疫情防范会议,强化防控工作,制定了人员撤离预案。项目领导层一致决定如万一疫情失控,老同志女同志先行撤离,普通员工其次,党员、领导干部最后撤离。在防控埃博拉的这段日子里,项目邀请中国援助几内亚医疗队和中国赴几内亚疾控专家,深入现场为员工讲解埃博拉防控知识,缓解员工的紧张心理,正确认识和防范埃博拉。儿行千里母担忧,埃博拉期间最担心的还是国内的家人,项目当时曾经立了一条规矩,每位员工每天必须和家人通联一次,报一个平安。

记得当时很多外资企业都已经撤离,修桥的日本人,修路的巴西人等。当得知在项目对岸60km的地区发现了埃博拉疫情时,凯乐塔项目的法国咨询都有了撤离的准备。其实那段时间几内亚人的内心是最痛苦的,灾难来临时朋友的离去,没有什么比这更加让人感觉无助,但是中国人在此环境下没有离去,并坚守了自己工作岗位,按期完成了合同工程,履行了合同责任。

据世界卫生组织的最新疫情通报,埃博拉病毒自2014年3月在西非引发疫情以来,至2015年3月,一年的时间里感染者约两万五千人,已造成一万多人死亡。由于措施有力,上下齐心,严防死守,中国水利电力对外公司驻几内亚地区的中外方员工无一人感染,工程建设也按计划有序推进。从疫情爆发到现在,没有一位项目成员主动提出离开几内亚,回国休假的人员也全部都按时返回到了各个工作岗位。

我是幸运的,我没有经历埃博拉,但是我似乎又有一点不幸,不能同前辈经历这段惊心动魄的埃博拉,缺了这份生死情谊,人生少了些沉淀。

中国人对于春节回家过年的感情,是外人无法理会的,但是项目上的前辈们,很多人已经有好几年没有回家过年了,而更有甚者,在孩子刚出生后,也无法陪在妻子身旁,对于家人的亏欠,是所有人心中永远抹不去的痛。每年春节,项目上都会举办各类的活动,让大家身处非洲大陆,也能感受到国内过年的气氛。新春长跑,各种小游戏,包饺子,还有我们自己举办的春节联欢晚会,让第一次在外过年的我,心中洋溢着无限的温暖。

blob.png

不知不觉间,我来到苏阿皮蒂项目部已经三个月了,“远离故土几万里,却喜天涯旧故人”,这是我这三个月最大的感触。在这里的工作生活,远远没有出国前想的那么艰难,因为在这里,有那么一群人,如家人一般一起工作,一起生活,让我们彼此忘掉了离家的忧愁,忘掉思乡的烦恼,向世人展示,何为中国水利人。

我突然想到了我大学校歌里的一句歌词,“普下利物沐群生,智者惟乐水;乘辇山行乘橇泥,祖述神禹绩;天下有溺犹己溺,此志毋稍弛;大哉河海奔前程,毋负邦人期。”这是20世纪初一位老先生写下的,那时的中国水利百废待兴,各条大江大河泛滥成灾,所以老先生对后世的水利工作者寄予了无限厚望,而在后来的时间里,每一位中国水利人都在践行着作为一个水利人的使命,无数的大坝截河而起,更有举世瞩目的三峡工程为世人所赞叹,中国水利能到达今天如此辉煌的成就,正是无数像苏阿皮蒂项目部成员一样的水利人穷极一生的奉献。中国水利人,在100多年的时间里,践行着老先生那句“毋负邦人期”的无限期望。

今天,我们走出国门,向世界人民展示中国水利的先进技术,更向世人展示的,是我们一代代中国水利人前赴后继、无私奉献的华夏民族精神。

 

 

 

 

Les personnes hydrauliques chinois en guinée

    La première fois que j’ai entendu l’expression « personnes hydraulique », c’était dans la cérémonie pour les étudiants de première année, le président s’adressait « désormais, vous serez un personnage hydraulique. » A ce moment-là, ce n’était qu’une expression ordinaire. Subséquemment, lors du centième anniversaire de mon université où j’étais dans la troisième année, les experts et les anciens sont retournés à l’université. Leurs discours et les conversations m’a fait aperçu que je suis une personne hydraulique ainsi que la responsabilité accompagnée.  

Après avoir diplômé de l’université, je suis entré dans la société CWE, ensuite je suis distribué au projet d’aménagement hydroélectrique de Souapiti en Guinée, et enfin je deviens une vraie personne hydraulique en appliquant tous mes soins aux travaux hydroélectrique. Au chantier, j’ai connu plein des anciens de ce secteur, j’ai des connaissances plus approfondies sur la lourde responsabilité dans mes épaules.

Le projet d’aménagement hydroélectrique de Souapiti est le deuxième grand projet entreprise par CWE par la suite du projet d’aménagement hydroélectrique de Kaléta, et il n’y a que 6 km entre les deux centrales. En intégrant peu à peu dans le travail et l’environnement de vie, j’ai entendu dire les histoires de Kaléta, les histoires des personnes hydrauliques chinois.

    Le Projet d’Aménagement Hydroélectrique de KALETA, le plus grand projet hydroélectrique construit en Guinée, est l’appui de centrale électrique de Guinée ayant la capacité d’installation représentante plus de la moitié de celle totale (y compris l’énergie thermique). Après l’achèvement, Kaléta, un modèle excellent pour les développements d’énergie électrique de l’Afrique-ouest, apporte les lumières et l’espoir moderne aux guinéens. 

   En 2012, comme l’année de démarrage de l’Aménagement Hydroélectrique de KALETA, est une période la plus difficile. Le projet se situe à plus de 130km de la capitale de Guinée, Conakry. Comme il n’avait ni grand bourg ni marché près du projet, c’était difficile d’approvisionner les légumes. La direction de projet envoyait souvent des véhicules à transporter des matières vivantes de capitale au chantier. A ce moment-là, ayant un tronçon de route non bitumée de 70km, il fallait consacrer plus de 5 heures à livrer les matériaux au site. Durant la construction du Projet de Kaléta, il était rarement d’avoir des légumes frais comme la route chaotique.

   En 2014, l’Ebola s’est gravement éclaté en guinée, plus de 800 employés chinois et 2200 salariés locaux tombaient dans une humeur nerveuse et panique au moment où des cas infectés se sont passés dans les provinces aux alentours de projet. Monsieur Zhang Rujun, le directeur général de projet, a immédiatement présidé la réunion pour précautionner l’épidémie et établir le plan d’évacuation. Les dirigeants ont pris le consensus sur l’évacuation, au cas où la situation d’épidémie serait hors de contrôle, par ordre les employés âgés et les femmes, les ordinaires, les dirigeant. À la période de lutter contre l’Ebola, la direction de projet a invité l’équipe médicale chinoise assistant la guinée et les experts chinois contrôlant les maladies à expliquer les connaissances sur l’Ebola et soulager la nervosité des ouvriers sur site. Les parents s’inquiètent des enfants voyageant en dehors. La direction de projet demandait les employés de téléphoner à la famille par jour pour rapporter notre sécurité et santé.

Il me rappelle que de nombreuses entreprises étrangères ont déjà décidé d’évacuer tels que les japonais pour le pont et les brésiliens pour la route. Lorsque que le virus Ebola a infecté environs d’une zone de 60km en face de notre base-vie, IC français du projet Kaléta a aussi une idée d’évacuer. En fait, au cours de cette période, les Guinéens qui sont le plus douloureux devant le renoncement de leurs amis en cas de catastrophe, il n'y a rien de plus que les gens se sentent impuissants, mais dans ces circonstances, les Chinois non disparus mais fidèlement à sa position de travail, en outre, ils ont achevé à temps le projet de contrat ainsi qu’ils ont fini la responsabilité d'un contrat.

Selon la nouvelle épidémie annoncée par l'Organisation mondiale de la santé(OMS), l'épidémie causée par le virus Ebola depuis mars 2014 en Afrique de l'Ouest, à mars 2015, 25 000 personnes d’infection dans un an dont plus de 10 000 personnes de mort. Grâce à des mesures effectives, nos déterminations inébranlables, Aucun employé chinois ou étranger de CWE n’a une infection en Guinée, de plus, La construction du projet avance bien selon le planning. A partir de l'épidémie, jusqu'à présent, aucun membre n’a proposé de partir de la Guinée ainsi que les gens qui prennent ses vacances retournent leur poste tous à l'heure.

J'ai eu de la chance de non pas d'expérience du virus Ebola, mais il me semble un peu regrettable de non pas la même expérience avec mes collègues, Ce manque de la mort d'amitié pour moi, cela signifie que moins d'expérience sera accumulé dans ma vie.

Il ne s’est pas rendu compte que les sentiments pour les Chinois de célébrer la Fête du printemps à la maison, mais mes collègues pour le projet, il y a quelques années de non pas rentrer en Chine, et qui plus est, après ayant un bébé, il n'y a pas une chance de rester à côté de sa femme, pour la famille de dette, cette douleur ne peut pas effacer pour toujours dans le cœur.

Chaque année, on célèbre la Fête du printemps par tous les types de d'activités tels que le course de fond, une variété de petits jeux, des raviolis et une soirée d’une fête de printemps organisée par nous - mêmes, Ces activités laissent tout le monde dans le continent africain de sentir l'atmosphère d’un nouvel an notamment un sentiment d’une chaleur immense pour moi, la première fois, célébrer la Fête du printemps à l’étranger.

De fil en aiguille, cela fait déjà 3 mois que je suis venu au projet de Souapiti. « Même si l’on s’éloigne de notre pays natal, quelle joie de se rencontrer les uns aux autres », c’est ce que je me sens plus. Ici, le travail et la vie ne sont moins durs qu’aux imaginations avant de partir de la Chine, car il y a un tel monde intime comme des frères qui vit et travaille ensemble. Donc, cela nous fait oublier la nostalgie et l’ennui de la séparation et aussi montre l’esprit des hommes tout en contribuant aux industries hydrauliques. Tout d’un coup, on se rappelle un des paroles de la chanson universitaire. « Tous exploitent les natures pour profiter au monde, mais seuls les sages aiment particulièrement les eaux ; à travers les terrains, montagne, eaux, et boues, Dayu est partout ; s'il y a des inondations dans mon pays, c'est comme moi qui est noyé, cela ne sera jamais oublié. Les fleuves s'écoulent, mon peuple compte sur moi », cela provient d’un connu dans les années vingtaines précédentes. A ce moment-là, milles ouvrages hydrauliques laissés à l’abandon sont à remettre en état, des rivières et des fleuves se déchaînent, donc, ce monsieur a escompté largement les personnes hydrauliques futures. Chacun a pour mission hydraulique. Par ailleurs, nombre de barrages s’établissent aux surfaces des eaux, surtout le barrage des trois gorges extraordinaires qui surprend le monde. Pourquoi la Chine peut arriver aux tels fruits hydrauliques, c’est parce que les chinois de génération en génération se plongent dans les constructions hydrauliques, comme les personnels dans le cadre de Souapiti ainsi se consacrent toute sa vie. Les hommes hydrauliques ont tenu la parole du monsieur pendant presque 100 ans, comme il a dit « Les fleuves s'écoulent, mon peuple compte sur moi. 

Aujourd’hui, on sort de la Chine pour démontrer la technologie hydraulique avancée Chinois auprès du monde et l’esprit national des hommes hydrauliques que l’on se jette à la poursuit après le vide et que l’on offre désintéressement comme tribut.